Les différents modes de financement d'une entreprise

Le nerf de la guerre ? L’argent ! Eh oui, pour lancer son entreprise ou pour développer un nouveau projet, des fonds sont bien souvent nécessaires. Alors, quels sont les différents moyens de financer votre entreprise ? Et où trouver le plus rapidement possible les fonds dont votre projet a besoin ?

Dans cet article, nous vous montrerons comment prioriser vos efforts entre les différentes sources de financement qui s'offrent à vous (financement d'entreprise externe, financements internes), et nous vous donnerons également quelques conseils financiers issus des meilleures banques d'affaires. Bref, sur le plan financier, nous allons donc vous aider à mettre toutes les chances de votre côté, afin de faire de votre start-up un futur succès entrepreneurial.

financement d'entreprise

I] Le financement du cycle d’investissement

Schématiquement - et c’est ce que nous étudierons dans la première partie de cet article - on distingue deux modes de financement d'entreprise : les fonds propres (argent qui provient des associés de la société ou de l'entrepreneur lui-même) et les financements externes (en provenance des organismes financiers le plus souvent). C’est ce que l’on appelle globalement le "financement d'entreprise long terme" ou "financement haut de bilan".

L'emprunt bancaire

Et commençons par les financements externes du cycle d’investissement avec l’emprunt bancaire. Le prêt bancaire est évidemment la solution de financement d'entreprise la plus largement utilisée par les entrepreneurs.

Sachez que d'une manière générale, un projet bien préparé, cohérent et porté par un ou plusieurs créateurs motivés aura toutes les chances d'obtenir ce financement bancaire.

Et pour obtenir plus facilement un emprunt, je vous conseille d'équilibrer vos fonds propres et vos emprunts à 50/50. Certaines banques peuvent réduire leur exigence de fonds propres à 30% pour un endettement de 70 %, mais rien ne les y oblige ! En revanche, soyez-en certain, l’absence de fonds propres sera jugée rédhibitoire par votre banquier…

Le financement par crédit-bail (leasing)

Connaissez-vous le crédit-bail ou « leasing » pour financer votre startup ? Ce contrat de location d'un matériel, d'un véhicule voire même d'un immeuble, avec possibilité de rachat à son échéance, est établi entre une entreprise et une banque ou un leaser. C’est un système qui vous permet d'investir dans des biens sans pour autant aggraver le ratio de solvabilité de votre entreprise ! Néanmoins, le crédit-bail présente un désavantage, son coût élevé…

financement d'entreprise

Les dispositifs d'aide aux entreprises

N’oubliez pas aussi les dispositifs d’aide aux entreprises. Ils sont extrêmement nombreux, il n’est donc pas toujours évident de bien les identifier.

Sachez pour autant que les organismes financeurs principaux sont bien sûr l’État, mais aussi les régions et les différentes agences en charge de sujets thématiques (énergie, environnement, agroalimentaire, innovation, etc.).

Retenez aussi que depuis une loi de 2015, l’acteur majeur en matière de développement économique est le Conseil régional puisque c’est lui qui gère les fonds européens !

Pour faire le tri et trouver le ou les bons dispositif(s), je vous conseille de vous diriger vers le site Les-aides.fr, un site d’information mis en place par le réseau des chambres de commerce et d’Industrie (CCI).

Attention, cela demande aussi de votre part une vraie motivation car vous devrez démontrer que ce soutien financier est déterminant dans votre projet !

La "love-money"

Un peu d’amour (love) dans ce monde du business ? Oui, grâce à la love money… Précisons que la love money est très généralement utilisé par des porteurs de projet qui ne souhaitent pas recourir à un prêt bancaire ou qui souhaitent, avant de demander un prêt, posséder des capitaux propres importants pour garantir auprès des financiers le sérieux de leur projet.

Le financement participatif (crowdfunding)

C’est une façon moderne de financer son projet entrepreneurial qui est soit alternative, soit complémentaire aux acteurs traditionnels, comme les banques. Le public peut ainsi investir de l’argent, via un site spécialisé, dans des projets divers.

Mais attention, une campagne de crowdfunding ne s’improvise pas et a un coût, il faut donc être au fait des usages du marché sinon le succès ne sera pas au rendez-vous !

financement d'entreprise

Outre le financement de votre projet, n’oubliez pas que le crowdfunding peut aussi vous permettre de tester l’intérêt d’un public pour votre projet. En effet, les premiers clients sont aussi les premiers investisseurs. Autre effet bénéfique, vous pourrez aussi vous servir des feedbacks pour constituer une étude de marché à grande échelle !

Les apports de sociétés de capital-risque (levée de fonds)

Il s’agit là non pas d’emprunter de l’argent, mais d’ouvrir le capital de votre société à des investisseurs lorsque vous avez besoin d’argent pour créer ou poursuivre votre activité !

Attention, c’est une démarche qui demande du travail. Pour y parvenir, il vous faudra rédiger 3 documents : une présentation détaillée du projet, un Executive summary et un prévisionnel financier. Évidemment, vous devez aussi indiquer la somme que vous recherchez et comment vous comptez la dépenser.

Passons ensuite à la partie VRP puisqu’il vous faudra contacter tous les investisseurs susceptibles d’entrer au capital de votre société et les convaincre. Ces investisseurs peuvent être de nature différente, mais intéressons-nous aux Capitaux-Risqueurs (investisseurs professionnels dans le domaine des entreprises innovantes). Sachez que généralement ils souhaitent détenir entre 25 et 35% d’une société dans laquelle ils investissent. Leur modèle économique n’est généralement pas de se verser des dividendes, mais de réaliser une plus-value à la revente de votre société à un tiers !

Comme vous vous en doutez, les Capitaux-Risqueurs sont très sollicités, il vous faudra donc être très persuasifs !

L'autofinancement

Passons à présent aux financements internes avec l’autofinancement. L’autofinancement est la capacité de l’entreprise à financer son cycle d’exploitation et d’investissement, c’est une ressource qui provient de l’activité de l’entreprise. Vous me direz que c’est une bonne chose pour l’entreprise de pouvoir y recourir ?

Oui, cependant, attention, utiliser 100% d’autofinancement n’est pas judicieux si vous ne disposez plus de ressources nécessaires pour faire face à un imprévu et surtout, le recours à l’endettement peut être parfois plus rentable que l’autofinancement intégral d’un investissement !

On notera aussi qu’avoir un ratio d’autofinancement trop important n’est pas forcément un signe de bonne santé car il peut également signifier une absence d’investissement, de renouvellement de la part de l’entreprise…

L'augmentation de capital social

En quoi consiste l’augmentation de capital social ? Eh bien, ce sont des ressources à long terme apportées par les associés ou les actionnaires afin de permettre à une entreprise de renforcer son capital. Cet apport se matérialise par des titres de propriété (part ou action), qui donnent droit à la perception des dividendes et aux droits de vote.

C’est évidemment aux associés ou aux actionnaires qu’il revient de décider si une augmentation de capital est opportune, une décision prise en assemblée générale. Il est à noter qu’une fois l’augmentation votée, les fonds doivent être déposés sous 8 jours sur le compte de la société.

Les comptes courants d'associés

Votre startup a besoin d’argent ? Vous pouvez aussi avoir recours à vos associés sous forme de prêt ! Explication : l’associé met ses ressources à la disposition de l’entreprise sous forme de prêt, il est ainsi considéré comme créancier de l’entreprise, il a donc droit à une rémunération sous forme d’intérêts sans corrélation avec les résultats de l’entreprise…

financement d'entreprise

II] Le financement du cycle d’exploitation

Nous vous avons détaillé toutes les formes de financement du cycle d’investissement, nous allons à présent vous dire comment financer votre cycle d’exploitation…

Le financement du Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

Le financement du cycle d’exploitation que l’on appelle aussi le financement court terme ou bas de bilan consiste à réduire le besoin en fonds de roulement de l’entreprise. De quoi s’agit-il ? Autrement dit, le fonds de roulement désigne les fonds disponibles à l'entreprise pour financer son activité quotidienne et ses investissements à plus long terme.

Et par effet domino, le besoin en fonds de roulement représente le décalage dans le temps entre les encaissements (stock non vendu et délai de paiement accordé aux clients) et les décaissements (paiement des fournisseurs), ce qui creuse la trésorerie !

Comment y remédier ? Voici les solutions que nous avons listées…

Le crédit fournisseurs : où comment aller chercher l'argent là où il est

Pour financer le quotidien de sa structure - surtout lorsque l’on lance sa startup - le plus évident est d’aller chercher l’argent là où il se trouve, chez ses fournisseurs ! C'est la technique de financement probablement la plus ancienne. Concrètement, un professionnel accorde du matériel, des équipements ou des services à un autre dans le cadre d'un contrat de crédit. Bref, cela revient à une facilité de trésorerie…

Attention, en cas de défaut de paiement, votre fournisseur, devenu votre créancier, sera dans l'obligation de vous poursuivre au tribunal pour recouvrer ses impayés.

A ne pas confondre avec le délai de paiement qui est beaucoup moins formel !

Les facilités de caisse octroyées par la banque

Avec cette facilité de caisse, votre banque vous autorise à avoir un compte bancaire débiteur pendant une période. Ce n’est pas un droit, vous devez donc en faire la demande. Ajoutons que la banque doit vous avoir précisé, au préalable, les conditions d’utilisation en montant, en durée et en taux d’intérêt. Le but est de vous permettre de passer un cap pendant lequel votre compte bancaire est à découvert !

Précisons aussi que la facilité de caisse est différente du découvert autorisé qui est, lui, contractuel (à l’ouverture de votre compte).

Cession de créances ou affacturage

Affacturage, un nom barbare ? Pas tant que cela, c’est une technique qui vous permet de céder vos créances (factures de clients) à un établissement financier, que l’on appelle le factor. Une fois que le factor a pris possession de vos créances, il avance immédiatement le montant de ces dernières à l’entreprise et devient le responsable de leur recouvrement !

financement d'entreprise

Une aubaine, me direz-vous ? Prudence car la commission de l’affacturage, d’un montant égal à un pourcentage sur le chiffre d’affaires de l'entreprise, est le plus souvent entre 0,7 et 1,5% ! Mieux vaut donc si vos relations avec votre banquier sont bonnes, lui demander une facilité de caisse (vue précédemment) …

III] Financement d'entreprise : conseils avancés

Vous connaissez à présent les modes de financement d'entreprise, laissez-moi maintenant vous donner mes 3 conseils supplémentaires, puisés dans ma propre expérience de créateur d’entreprises…

Choisissez un marché de niche peu capitalistique

Voilà effectivement deux expressions magiques quand on veut lancer son business : « marché de niche » et « peu capitalistique » !

En effet, il est souvent plus facile de se lancer sur un marché de niche. De quoi s’agit-il ? Un marché de niche est un petit segment de marché répondant à une demande très spécifique. Si je vous incite à choisir ce type de marché, c’est qu’il est généralement très rentable, à condition évidemment d’atteindre une taille critique et de développer une notoriété suffisante ! Votre plan marketing sera donc crucial…

financement d'entreprise

Avantage évident : le plus souvent, sur ces marchés de niche, on ne parle pas de bon ou de mauvais rapport qualité/prix. Le client est à la recherche d’un produit très spécifique, très pointu, il est donc capable d’y mettre le prix.

Autre point important : choisir un marché « peu capitalistique ». En effet - et c’est facilement compréhensible - il est beaucoup plus simple de se lancer sur un secteur où le poids en pourcentage du chiffre d'affaires des capitaux longs nécessaires pour être un compétiteur sur le marché seront faibles. Bref, il est préférable de se lancer sur internet ou dans la restauration rapide que dans l’industrie automobile ou les chantiers navals ! Les infrastructures sont évidemment aux antipodes !

Pour ceux d'entre vous qui souhaiteraient en savoir encore davantage sur les meilleures façons de s'implanter sur un marché de niche, peu capitalistique, et y prospérer, je vous invite à vous inscrire à la formation ci-dessous :



Vous y retrouver, outre 5H de formation gratuite basée sur mes propres expériences entrepreneuriales sur différents marchés de niche porteurs, des informations précieuses pour tout entrepreneur qui se lance, et que j’ai compilées pour vous afin de vous faciliter les débuts dans le monde des affaires. Pour recevoir toute cette documentation gratuitement par email, je vous laisse vous inscrire avec le lien ci-dessus. Zéro spam, que du bon contenu !

Poussez la frugalité à l'extrême au cours des premières années

Être entrepreneur, ce n’est pas dès les premiers emprunts arrivés sur votre compte vivre la grande vie. Toutes les grandes aventures entrepreneuriales en sont la preuve, les débuts ont été modestes et surtout pas question de faire des dépenses inconsidérées.

Je ne peux donc que vous conseiller, comme je l’ai fait, de faire attention à la moindre dépense. Demandez-vous toujours si tel ou tel investissement est véritablement nécessaire au succès de votre startup. Bien évidemment, pas question de ne pas investir dans l’innovation - le nerf de la guerre économique - mais était-il bien nécessaire d’investir dans ces somptueux locaux ?

Privilégiez autant que possible l'autofinancement et le crédit fournisseur

Là encore, il sera bien temps de lancer emprunts et leasings lorsque votre entreprise sera arrivée à sa taille critique. Aux débuts, il est essentiel de compter sur votre autofinancement, mais aussi sur une bonne campagne de crowdfunding ou sur de la love money.

Mieux encore tournez-vous aussi vers vos fournisseurs. Ils ont un nouveau client, ils seront donc potentiellement plutôt enclins à vous aider dans cette aventure. Le crédit fournisseur est un bon moyen de contourner l’emprunt bancaire !

Enfin, et je l’ai testé moi-même, faites aussi de vos premiers clients vos principaux compagnons de route. Vous avez signé votre premier client, pourquoi ne pas lui demander de vous payer de 6 à 12 mois d’avance ? C’est parfois peu de chose pour eux, mais du cash important pour vous ! Tentez le coup, ça marche…

Planifiez pour mieux financer

Enfin, et on ne vous le dira assez, lancer son business ne s’improvise pas. Difficile en effet de ne pas succomber à l’excitation. Pour autant, une juste planification financière est essentielle pour que votre investissement n’absorbe pas toute votre trésorerie et ne vous oblige pas à fermer boutique !

Pour moi, la solution consiste donc à prendre le temps d’établir un bon plan financier pour les investissements à venir. Comment s’y prendre ? Déterminez le financement dont vous aurez besoin et rencontrez en début d’année vos partenaires financiers afin de les informer de vos attentes afin d’obtenir une ou plusieurs lignes de crédit… tout doit être planifié et parfaitement soupesé !

Pour continuer d'apprendre :
- 10 étapes incontournables pour bien démarrer sa startup
- Comment réaliser une bonne étude de marché
- Business plan : transformer vos rêves d'entrepreneur en réalité

Si cet article vous a plu, lâchez un pouce ! Cela nous aide beaucoup