Ouvrir un bar à tapas : le guide du créateur d'entreprise

Croquetas, pequillos, jamon iberico : depuis quelques années, la France se met à l’heure espagnole avec la multiplication des bars à tapas. Une popularité qui ne se dément pas ! Il faut dire que ce mélange de snacking et de convivialité est le duo gagnant !

BAR A TAPAS

Faciles à préparer et rentables, les tapas pourraient donc bien être le nouvel eldorado de la restauration (ou pas...). Dans cet article, on vous dit donc tout ce qu’il vous faut savoir pour que vous plantiez vos "banderilles" dans ce secteur d’activité…

I] Le business du bar à tapas : chiffrage

Si les origines des tapas sont plutôt floues, la plus probable reste l’histoire de l’aubergiste espagnol qui posa une tranche de jambon sur les verres de vin de ses clients afin que les mouches n’y tombent pas. A partir de là, commença l’habitude de déguster des amuse-gueules pour accompagner son verre de vin ou sa cerveza (bière). Tapas vient d’ailleurs du verbe « tapar » signifiant « recouvrir » en Castillan !

Quoi qu’il en soit, votre futur business ne se cantonnera pas à cette tranche de jambon posée sur un verre, les tapas étant depuis devenus une institution andalouse, espagnole puis désormais internationale ! Et la France n’est pas en reste…

Le marché des bars à tapas en France

Pas de doute, c’est un concept que les français ont adopté. Venus directement d’Espagne - et plus particulièrement d’Andalousie - les bars à tapas font aujourd’hui une envolée en France, leur nombre a ainsi quadruplé ces dernières années !

Les bars à tapas sont donc de plus en plus appréciés des Français, il faut dire que les tapas s’inscrivent dans une tendance culinaire très conviviale, puisque la coutume consiste à commander plusieurs assiettes de tapas à partager pour l’ensemble de la tablée. Et ce sont notamment des plats idéaux pour l'apéro… une tradition, celle-ci très française !

Selon un sondage récent OpinionWay pour Deliveroo, 66% des Français déclarent prendre l’apéro au moins une fois par mois, 28% chaque semaine et jusqu’à 5% quotidiennement !

Et puis, dans la mouvance du snacking, les tapas sont également plus économiques pour le consommateur, ce qui explique leur popularité, dans un contexte où l’addition moyenne en restauration est en baisse. En 2018, le marché du snacking représentait 9,6 milliards d’euros (chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes) et 34% sont consommés à l’apéritif et 20% sont des repas… des chiffres encourageants pour les bars à tapas !

BAR A TAPAS

Les investissements à prévoir pour ouvrir un bar à tapas

Pour ouvrir un bar à tapas, vos besoins vont être relativement équivalents - à quelques détails près - aux besoins d’un restaurant classique, mais cela dépendra évidemment du niveau de cuisine que vous souhaitez y produire. L’ouverture de votre bar à tapas nécessite donc un local et du matériel de cuisine indispensable à la préparation et à la conservation des produits. Pensez aussi à investir dans un équipement complet propre à toute activité commerciale (poste informatique, terminal de paiement, etc.), ainsi que dans du mobilier et la décoration de votre bar à tapas.

Comptez :
- Fonds de commerce : de 10 000 à 150 000€
- L’équipement : 20 000 €
- Le mobilier et la décoration : 20 000 € Il vous faudra également prendre en considération les besoins en personnel qui constituent une part importante des coûts fixes d’un bar à tapas : cuisiniers, serveurs, hôtes de caisse, etc. Pour ne rien oublier, listez l'ensemble des recrutements à opérer et chiffrez vos besoins précisément.

Et puis ce genre d’établissement s’y prête, si vous souhaitez exploiter une terrasse, il faudra demander une autorisation en mairie et, en cas de diffusion de musique, il est aussi obligatoire de payer l’adhésion à la SACEM.

Vous devrez aussi comptabiliser l’ensemble des services annexes : l’entretien, l’administratif, etc. Des postes qui sont souvent le plus facile à sous-traiter. Pour évaluer au mieux ces services annexes, mais aussi pour choisir vos fournisseurs, n'hésitez pas à demander des devis à tous ces professionnels. Ainsi, vous pourrez faire jouer la concurrence et obtenir de meilleurs prix…

Rentabilité moyenne d'un bar à tapas en France

Pour connaitre votre rentabilité, nous vous conseillons de bien préparer votre étude de marché afin de pouvoir prévoir votre nombre de couverts. Un volume qui dépendra évidemment de votre localisation et des horaires d'ouverture de votre bar à tapas. Attention, en France, les bars à tapas sont souvent moins fréquentés le midi que le soir. A vous d’en tenir compte…

Les tapas ne sont pas très onéreuses à produire, mais - par définition - elles ne sont pas non plus très chères à la vente. Heureusement, vous saurez vous rattraper sur l’alcool qui accompagne toujours abondamment les tapas !

Comptez sur un ticket moyen de 25€ par personne, beaucoup plus si vous vous lancez dans tapas revisitées et haut de gamme ! Petit rappel, la TVA appliquée dans la restauration traditionnelle ou à emporter) est de 10% (sauf pour les alcools).

Et même s’il est difficile de donner un chiffre d’affaires pour un bar à tapas, disons que dans la restauration traditionnelle, il se situe autour de 350 000€.

II] Ouvrir un bar à tapas : les points essentiels AVANT de se lancer

La cuisine hispanique, et plus encore cet art de vivre que représente les tapas, vous séduisent ? Nous allons vous donnez tous les conseils pour vous lancer dans ce business made in Spain…

BAR A TAPAS

Bar à tapas : tendance du moment ?

La popularité des bars à tapas est telle que même les grands chefs se laissent désormais prendre au jeu. Quelques exemples, le restaurant Pinxo d’Alain Dutournier, le Chateaubriand d’Inaki Aizpitarte, A. Noste de Julien Duboué, l’Avant-comptoir d’Yves Camdeborde, et même Joia, le bar à tapas de la Top chef étoilée et très médiatique Hélène Darroze sont désormais de grands succès dans la capitale. Car, ne nous y trompons pas, ce type d’établissement est surtout fréquenté par les urbains des grandes villes (notamment Paris, Lyon, Lille, etc.) !

La première motivation est la recherche de convivialité, par exemple en after-work, mais aussi la découverte de vins, de bières et de mets de qualité, ainsi que de nouvelles saveurs. Plutôt masculine lorsqu’il s’agit d’apéritif dinatoire, la clientèle est en voie de féminisation. On notera aussi que la mode récente de la bière - après plus de 30 ans de baisse - aide aussi les bars à tapas à trouver une nouvelle clientèle !

Exit donc la totale formule « entrée, plat et dessert » … partageons !

Réalisez une étude de marché locale

Comme dans toutes les aventures entrepreneuriales, il est évidemment impossible de vous lancer dans un tel business sans avoir fait une étude de marché locale. Voici les informations dont vous avez besoin.

Après avoir rassemblé des données sur les habitudes de consommation des Français en matière d’alimentation, sur l’ensemble du secteur du snacking et plus spécifiquement en l’occurrence des bars à tapas - ou des bars à vins très semblables en matière de fréquentation - il est très important de bien regarder qui seront vos concurrents indirects (toute forme de restauration) ainsi que vos concurrents directs (les bars à tapas implantés à proximité du votre).

Pas de doute, vous aurez peu de concurrents directs, alors demandez-vous si c’est parce que les autres entrepreneurs manquent d’imagination ou s’il n’y a pas de marché pour cette world food dans votre région, votre ville, votre quartier ! Il est aussi important que vous connaissiez leur chiffre d’affaires, mais aussi le nombre de personnes employées. Intéressez-vous aussi à leur concept et leur positionnement commercial. Et pour cela, rien de mieux que d’aller tester leurs tapas et de tout scruter à la loupe !

BAR A TAPAS

Quel concept de bar à tapas est le plus rentable ?

C’est un secteur dans lequel il existe pratiquement aucune franchise, il vous faudra donc retrousser vos manches plus encore et vous lancer en indépendant.

En revanche, il est important de ne pas négliger les tendances globales en matière de restauration. On assiste manifestement à un développement des tapas végétariennes et « healthy », s’inscrivant dans la mouvance des plats diététiques et sains !

Ne négligeons pas non plus la montée en puissance des tapas chics et raffinées, utilisant des ingrédients haut de gamme. C’est évidemment un grand écart en matière d’objectif, à vous de savoir ce dont vous êtes capable et ce dont vous avez envie !

Quel est le meilleur statut juridique pour un bar à tapas ?

Vous l’avez bien compris, le plus courant dans ce secteur est de monter votre société en indépendant. Dans ce cas, le meilleur choix pour le statut juridique de votre bar à tapas reste la société par actions simplifiées (SAS) ou la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) si vous êtes seul dans cette aventure.

Pour plus de précisions sur ce point important du choix des statuts, n'hésitez pas à consulter notre article dédié à la forme juridique la plus avantageuse pour démarrer une activité. Il est en effet important de prêter attention au statut juridique de votre future société, car si certes cela ne changera rien à votre travail au quotidien, cela peut avoir de gros impacts dans certains cas de figure (notamment la méthode de calcul des impôts que vous allez payer, le mode de fonctionnement avec vos associés, la résolution des problèmes en cas de faillite - très important de l'anticiper pour ne pas y laisser votre chemise...).

Attention néanmoins : ce choix doit se faire en fonction de votre situation personnelle et professionnelle, et il n'y a pas de réponse unique à tous les cas de figure. Si effectivement certaines formes juridiques sont plus avantageuses pour l'entrepreneur de façon générale, il se peut que dans votre cas particulier, cela ne s'applique pas à vous. Donc n'hésitez pas à demander conseil à votre expert-comptable afin de valider votre choix de statuts, avant d'enclencher les démarches.

III] Les étapes clés pour lancer son bar à tapas et réussir

Lorsque l’on se lance dans la restauration, rien ne doit être laissé au hasard. De la création de votre société au financement en passant par le marketing et, plus crucial encore, l’emplacement de votre… bodega française !

Trouver l'emplacement idéal

Si vous étudiez depuis quelques temps la possibilité d’ouvrir une enseigne dans le domaine de la restauration, vous l’aurez déjà compris, il vous choisir le meilleur emplacement possible. C’est l’une des données absolument fondamentales de la réussite de votre projet. En effet, sa localisation influencera directement la fréquentation de votre bar à tapas et donc votre chiffre d’affaires !

Le premier conseil : choisir un lieu qui sera fréquenté par votre cible. Nous vous rappelons que votre cible est en majorité des hommes, mais de plus en plus de femmes et de familles. Tentez donc de trouver votre local près d’entreprises afin de capter le business des after-works, sans négliger les familles et les touristes, toujours avides de découvrir de nouvelles saveurs !

Attention, au sein d'une même rue, entre le début et la fin d'une rue, ou même d'un trottoir à l'autre, il peut y avoir une grosse différence de fréquentation. Il vous faudra tout de même faire des concessions car n’oubliez pas que le prix au mètre carré, à l’achat ou à la location, est corrélé au quartier. Il se pourrait donc que votre cible soit dans un secteur où les charges seront trop importantes !

Et vous comprendrez l’importance de l’étude de marché quand je vous aurais dit que le meilleur emplacement est celui où il existe une demande forte et une offre qui ne suffit pas à la couvrir !

BAR A TAPAS

Effectuer les formalités de création d’entreprise

Attention, la restauration est un domaine bien spécifique en matière d’hygiène, vous devez donc suivre une formation sur les enjeux de la santé publique liées à la restauration, dispensée par un organisme agréé. C’est d’ailleurs seulement à l’issue de cette formation que vous obtiendrez définitivement votre permis d’exploitation ainsi que votre « licence à emporter » pour pouvoir vendre vins et bières.

En effet, les tapas étant généralement accompagnées d’un verre de vin, d’une bière ou d’une sangria, vous aurez besoin d’une licence vous permettant de vendre des boissons alcoolisées. La « petite licence restaurant » sera suffisante si vous prévoyez de ne proposer que de la bière, du vin ou tout autre type de boisson comprenant moins de 18° d'alcool. Au-delà, vous aurez besoin d’obtenir la « grande licence » !

Outre ces prérequis, la création de votre bar à tapas répondra sinon au même parcours que dans les autres secteurs d’activité : rédaction des statuts de la société, ouverture d’un compte professionnel (dépôt du capital social), publication d’une annonce légale dans un journal officiel, envoi du dossier d’immatriculation de l’entreprise au Registre du commerce et des sociétés ainsi qu’au Répertoire des métiers. Pour cela, il vous faut prévoir un budget d’environ 1 000€ (accompagnement dans la rédaction des statuts et frais d’immatriculation et de publication).

A noter aussi que si vous faites de la vente de plats à emporter, vous aurez à vous immatriculer au Registre des métiers…

Rechercher les fonds pour financer son bar à tapas

Après avoir soigneusement rédigé le business plan de votre bar à tapas, il ne vous reste plus qu’à rechercher un financement. Sachez qu’en France, pour ouvrir un restaurant ou un bar, il vous faut compter un budget initial de 300 000 à 400 000€.

Pour réunir une telle somme, différentes options s’offrent à vous. Il vous faudra en premier lieu disposer d'un apport personnel, pour le constituer vous devrez puiser dans votre épargne, rechercher des associés, ou faire appel à vos proches en sollicitant ce qu'on appelle le « love money ». Vous pourrez ensuite vous tourner vers les banques pour faire financer une partie de vos achats d'équipement. Enfin, vous pouvez envisager de compléter la somme en faisant appel à vos futurs clients en lançant une campagne de financement participatif ou essayer d'obtenir une aide à la création d'entreprise.

BAR A TAPAS

Définir un plan marketing simple et efficace

Comment ouvrir un bar à tapas ayant du succès dès le départ ? Il vous faudra pour cela réfléchir à un plan marketing efficace, dont l’objectif sera de faire connaître votre établissement, mais aussi de fidéliser vos clients.

Les options qui s'offrent à vous ici sont nombreuses, à vous d'identifier les moyens de communication les plus pertinents en fonction de votre zone d'implantation et de la clientèle visée par votre établissement et d'en chiffrer le coût dans votre budget prévisionnel.

Vous pouvez en premier lieu opter pour des techniques marketing traditionnelles comme la distribution de flyers ou l’organisation d’une soirée d’ouverture sur le thème de l’Espagne.

Pensez également à bien intégrer dès le départ le référencement naturel, les réseaux sociaux et les sites d’avis en ligne dans votre stratégie… maîtriser sa réputation digitale est indispensable à l’ère des smartphones !

Conclusion : notre avis sur le business des bars à tapas

Comme nous l'avons vu, le secteur des bars à tapas (et plus généralement de la "world food"), est en pleine expansion. Vous lancer sur ce secteur est donc l’assurance d’être sur un marché porteur. Tâche ensuite à vous d'exceller sur les deux principaux facteurs clés de succès :

- #1 trouver un bon emplacement
- #2 assurer une qualité constante tout au long de l'année.

C'est donc un marché intéressant financièrement où la progression de votre chiffre d’affaires peut être conséquent si votre marketing permet l’acquisition régulière de nouveaux clients et la fidélisation des autres.

En dépit de tous ces atouts, il vous sera difficile d'avoir un avantage compétitif majeur et pérenne face à la concurrence. De ce fait, les prix seront toujours des prix moyens (voire faibles ; tirés vers le bas en tout état de cause...). Impossible en effet de vendre vos tapas 3 fois plus chers que la concurrence ! En découle donc des marges plus ou moins similaires pour tous les acteurs du marché, donc un business modèle certes intéressant, mais pas miraculeux non plus...

Raison pour laquelle, il pourrait donc s'avérer intéressant que vous compariez l'activité des bars à tapas avec celle des "business en ligne" qui est ma spécialité.

Alors quand je parle de business en ligne, je fais principalement référence au marché de la formation en ligne, qui est l'outil N°1 permettant de monétiser un blog. Car oui, vivre de son blog c'est possible, beaucoup le font d'ailleurs déjà, et c'est à mon sens à la fois plus simple, plus intéressant, et potentiellement beaucoup plus lucratif qu'ouvrir un bar à tapas...

Partager sa passion sur un blog est à la portée de tous. Mais pour en vivre, encore vous faudra-t-il aller au-delà d'un simple blog classique.

Vivre de son blog, c'est mettre en place des outils de monétisation, en automatique, qui travaillent pour vous, même lorsque vous n'êtes pas en face de votre écran, et qui vous permettent d'obtenir des revenus stables et pérennes tout au long de l'année.

Vivre de son blog, c'est avoir la possibilité de gérer son activité où que l'on soit, sans contraintes géographiques.

Vivre de ses activités en ligne, c'est ce que je fais depuis des années. Et cela me plait de partager cette expérience au travers du site Doublez Vos Ventes.

Ça vous intéresse ? Au moins à titre de comparaison avec votre projet de bar à tapas ? Alors laissez-nous votre email via le lien ci-dessous ainsi qu'une heure de votre temps pour suivre la formation, et on vous explique tout cela en détail !



Et même, quelque soit votre projet entrepreneurial, il est important de connaître les stratégies qui permettent d'attirer du trafic sur un site web, et de monétiser ce trafic. C'est même capital ! Et ce, quelque que soit votre projet entrepreneurial.

Donc si vous avez la fibre pour vous lancer dans une création d'entreprise, cette formation gratuite est faite pour vous, car vous en retirez forcément quelque chose d'intéressant pour votre projet ! N’hésitez pas à vous inscrire…

Pour continuer d'apprendre :
- Bien démarrer sa création d'entreprise en 10 étapes
- Comment réaliser une bonne étude de marché
- Création d'entreprise : apprendre à mieux gérer les risques

Si cet article vous a plu, lâchez un pouce ! Cela nous aide beaucoup